psychothérapie, guidance, accompagnement,formation,supervision,santé mentale,développement personnel,sortir de la dépression,sortir du burnout, du trauma, apaiser ses angoisses,hypnose,thérapie brève,projet de vie,orientation scolaire et professionnelle LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES, UN CAPITAL : – Psychotherapie

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES, UN CAPITAL :

Par

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES, UN CAPITAL :
LE FACTEUR HUMAIN

La première ressource c’est l’homme. « La différence entre un jardin et un désert, ce n’est pas l’eau c’est l’homme » (proverbe arabe). Ce qui est en crise c’est la relation humaine => d’où l’importance de penser à ce qui est en train de se faire. L’homme est troublé, non par les événements eux-mêmes mais par la perception qu’il en a, a écrit Epictète. La relation à l’autre ne va pas de soi. Elle est complexe. La complexité selon – Edgar Morin correspond au travail du vannier. Elle n’est pas une difficulté. Elle n’est pas une simplicité. Celle-ci est une mutilation de la complexité. La complexité c’est quand on ne voit plus le début, ni la fin. Les conflits relationnels en sont le symptôme premier. Ils permettent une réflexion sur l’éthique de la relation sur le fonctionnement psychique de la relation. Cela semble relever du subjectif vu par un cartésien mais la subjectivité est une donnée objective. Le facteur humain représente une plus value symbolique et non pas matérielle qui peut devenir à son tour matérielle.

» your text

 

Travailler n’est pas seulement un moyen de gagner sa vie. C’est aussi un facteur de socialisation. A travers un métier :

– on maîtrise un savoir,

– on se voit doté d’un statut social,

– on noue des relations,

– on devient, membre d’un groupe, d’une communauté

Un poste ou une fonction n’apporte pas seulement une rémunération matérielle mais aussi une « rémunération affective », sociale et intellectuelle, c.-à-d. des satisfactions (ou des insatisfactions) autres : un poste peut être enrichissant, ou à pouvoir, ou à responsabilité (c’est moi qui..), bien considéré etc.…

Le métier représente plus qu’une simple source de revenus. Il sert partiellement ou totalement à satisfaire, à détourner, à socialiser ou à ennoblir les besoins pulsionnels qui sont en action dans les couches les plus profondes de la vie pulsionnelle.

Ce n’est pas uniquement une ressource au service de l’entreprise !

Il y a un sens à donner au travail mais aussi à sa vie car « je joue ma vie dans le travail ». Il faut donc prendre en considération de nouvelles exigences comme les facteurs de stress, la charge psychosociale, l’organisation travail. Le succès d’une entreprise réside donc dans la mise en œuvre de sa stratégie qui, in fine, repose sur le facteur humain. Trop souvent, les entreprises ont développé le « hardware » au détriment du « software ». Traditionnellement, le managment s’est surtout préoccupé de la partie « hard ». On le sait, 80 % des investissements en conseils portent sur la stratégie, l’organisation et les systèmes négligeant le « soft », c’est-à-dire l’adaptation des ressources humaines qui ne retient que faiblement l’attention du managment.

Pour ne pas conclure et inviter à la réflexion voici quelques chiffres parlant qui en disent long sur la nécessaire gestion des ressources humaines :

En général, on attribue aux facteurs humains entre 60 et 90 % des accidents ?

75 % des accidents du travail et 80 % des conflits interpersonnels en entreprise surviennent dans les 2 dernières heures de travail. Le mardi et le jeudi sont les 2 journées les plus productives en entreprise. Lundi et jeudi constituent des jours de relance. Le mercredi est une journée moyenne. 70 % des personnes peuvent être efficaces lors d’une intervention si elles sont formées régulièrement !

Les accidents domestiques ont lieu le plus souvent entre 13h et 20 heures et de minuit à 5 heures du matin. Les comportements sont à l’origine des accidents. Les accidents domestiques sont plus nombreux que les accidents de travail et de la route. Enfants = principales victimes.

Les statistiques du suicide sont très parlantes: les chiffres du suicide sont plus élevés que les accidents de voiture :

* 1ère cause de décès chez jeunes entre 25-35 ans
* 2ème cause de décès chez jeunes entre 15-25 ans –

La dépression (d’où absentéisme, alcoolisme…) constitue la première cause du suicide. La dépression fait elle-même le lit du cancer !

Conclusion partielle de ce texte :

A l’école on apprend aux enfants à faire des gâteaux au chocolat par exemple, mais personne ne leur apprend à améliorer leurs relations avec les autres !

» your text

Cet article vous a plu? Alors partagez-le ! Rendez-vous sur Hellocoton !

VOUS DEVRIEZ EGALEMENT AIMER CEUX-CI !